Quebec Election: Francois Legault Wins CAQ Super Majority

Le français suit

Despite a campaign that was sometimes bumpy, Quebec Premier and Coalition Avenir Quebec (CAQ) Leader François Legault handily won re-election with a “super majority” of 90 of 125 seats in Quebec’s National Assembly (at time of writing), including 41% of the popular vote.

Four years after losing government, the Quebec Liberals (PLQ) remain as the Official Opposition with 21 seats, despite only winning 14.4% of the vote. The PLQ clearly benefitted from a very concentrated vote on and around the island of Montreal, with Pontiac in West Quebec the only seat outside of this “PLQ Island.”

PQ has Historically Low Performance

The hard-left Quebec Solidaire (QS) only won 11 seats, despite winning a bigger percentage (15.4%) of the popular vote than the PLQ.  The sovereigntist Parti Quebecois (PQ) also had a rough night, only winning three seats.  This is the worst showing in their electoral history since 1970, again with just over 14.6% of the vote.  Finally, the Quebec Conservatives, led by radio host Eric Duhaime who became a voice of the anti-lockdown crowd in the province, won zero seats despite pulling around 13% of the vote.

Legault Benefited from Perception of Strong Pandemic Performance

Legault’s victory was rooted in general satisfaction with the COVID response and moving to post-COVID recovery, as well as running on ways to address pocketbook and affordability issues.  This, combined with parties on the left and the right all narrowly splitting each others’ votes – with four opposition parties all pulling between 13 and 15% – means that it has been difficult for the PLQ to position itself as a real opposition to the CAQ over the course of the campaign.

Legault’s victory also follows the trend of virtually every other Premier in Canada who faced re-election either during the pandemic or in a post-pandemic period: of the seven provincial COVID elections since 2020 (NB, BC, SK, NL, NS, ON and QC), six have seen re-election of the incumbent party, with only Nova Scotia bucking the trend.  Furthermore, in those six, each party increased the number of seats they held.

Quebec’s Political Shift

Until recently, political life in Quebec had been dominated by only two parties: the PLQ and PQ. Together, they have held power, each alternating roles in governing and modernizing Quebec since the Quiet Revolution.

The last fifteen years, but more markedly the last four, show a clear signal of Quebec society shifting politically. As the debate over sovereignty faded, the debate over Quebec’s identity has grown, allowing the CAQ to stand between the PLQ and PQ.  Since its rise in the lead-up to the 2018 election, Quebecers’ appetite for a broadly nationalist party, not rooted in the old PLQ vs PQ fight, has clearly grown.

CAQ Outmaneuvers PLQ

In addition, Legault and the CAQ were able to successfully question the PLQ’s approach to the economy over the past 40 years, by providing a new alternative that absorbed fiscally conscious Quebecers along with nationalists who believed they could be “maîtres chez nous” without the hassle of the past 50 years of the “Great Sovereignty Debate.”  As well, traditional left-leaning voters in the Parti Quebecois had another alternative to choose from in Quebec Solidaire, carving votes way from the PQ base.

In addition, while a traditional urban-rural split would appear to benefit the PLQ in many of Quebec’s urban regions, Legault’s CAQ won across virtually all of Quebec’s urban seats, including most of Quebec City and Quebec’s smaller cities.

What’s Next for Legault and the CAQ?

After determining who will be in Legault’s next Cabinet, big challenges remain on the horizon for the Premier.

As in virtually every other jurisdiction in the country, Quebec is no different when it comes to facing challenges in health care delivery.  However, the Premiers have united for common cause to press the federal Liberals in Ottawa for more direct transfer dollars for hospitals, doctors, and nurses.

Labour Shortages Challenge Health Care and the Economy

The long-standing labour shortage in health care will constitute a major challenge for Legault who promised $400 million to recruit 660 new doctors and 5,000 healthcare professionals.  While promising big recruitment numbers, Legault went out of his way during the campaign to suggest that unchecked immigration by non-French speakers risks undermining social cohesion in Quebec.  Suggesting it would be “a bit suicidal” to take in more newcomers, his immigration minister went further during the campaign by suggesting “80 per cent of immigrants go to Montreal, do not work, do not speak French or do not adhere to the values of Quebec society.”

Quebec Needs Labour – But from where?

This leads to serious questions about where these medical professionals will come from.  It will be difficult for Quebec to address the labour shortage while refusing to bring in more immigrants.  While the federal target for Canada is over 400,000 new immigrants per year, Quebec’s share of this target should be close to 100,000 per year.  Yet, they will be hard pressed to reach even 50,000 new immigrants.  This has the impact of shrinking Quebec’s portion of the Canadian population, and relative power federally, in the name of protecting culture and language rights.  It is unclear where these new professionals will come from if higher levels of immigration are not an option for any Quebec government.

Legault Commits to Combat Inflation

As for addressing inflation, one of Legault’s big commitments has been the “Anti-Inflation Shield.” Promising to “put back money in Quebecers’ pockets,” Legault proposed a 1% tax cut for the first two tax brackets, starting in 2023 and for the duration of his mandate.  He also committed to sending payments of between $400 and $600 to over 6 million Quebecers, increasing financial support for seniors over the age of 70, and capping increases in fees such as hydro, daycare, and driver’s licenses to a maximum of 3%.

Legault’s broad-brushed approach to helping Quebecers cope with inflation by injecting large sums of money into the economy and reducing income tax differs significantly from the more targeted measures recently announced by the federal government.  Given recent events in the United Kingdom, with rapid fiscal changes causing major economic damage, could the CAQ’s approach backfire and inadvertently fuel inflation by increasing the overall purchasing power in the province?

What it means for Quebec-Federal relations

Liberal Prime Minister Justin Trudeau has gone out of his way to avoid any conflict with a Legault government that appeared to be heading to an easy re-election.  The relationship between Trudeau and Legault may not have been as chummy as the one between Trudeau and Ontario Premier Doug Ford in the run-up to the June Ontario election, but it appears that Justin Trudeau’s motto in provincial election season since his 2019 re-election has generally been “walk softly and put away the stick.”

What it means for Quebec-Ontario relations

While Legault and Trudeau may not be brewing a “bromance” anytime soon, Canada’s two biggest provinces will continue to deepen their partnership over the next four years in areas of shared interest like supply chains.  Further, the need for additional sources of power (through Hydro Quebec and Hydro Ontario) to fuel a greener economy is something StrategyCorp is tracking.

François Legault and Doug Ford will soon be the longest-serving Premiers at the Premiers’ table (Council of the Federation).  As the two biggest provinces in terms of size, population, number of federal seats and economic clout, this will make the relationship between these two premiers and Justin Trudeau on contentious federal-provincial issues a key focus over the next three years leading up to the 2025 (or sooner) federal election.

Élection québécoise: François Legault remporte une super majorité

Malgré une campagne parfois difficile, le premier ministre du Québec et chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ), François Legault, a remporté haut la main sa réélection avec une « super majorité » de 90 des 125 sièges à l’Assemblée nationale du Québec (au moment d’écrire ces lignes) et 41 % du vote populaire.

Quatre ans après avoir perdu le pouvoir, le Parti libéral du Québec (PLQ) demeure l’opposition officielle avec 21 sièges, bien qu’il n’ait remporté que 14,4 % des voix.  Le PLQ a clairement bénéficié d’un vote très concentré sur et autour de l’île de Montréal et dans la région de Pontiac dans l’ouest du Québec (le seul siège à l’extérieur de « l’ile PLQ »).

Le PQ a une performance historiquement faible

Le parti de gauche Québec Solidaire (QS) n’a remporté que 11 sièges, malgré un pourcentage plus élevé (15,4 %) du vote populaire que le PLQ.  Le Parti Québécois (PQ), souverainiste, a également connu une soirée difficile, ne remportant que trois sièges.  Il s’agit de la pire performance de son histoire électorale depuis 1970 avec environ 14,6 % des voix.  Enfin, les conservateurs du Québec, dirigés par l’animateur de radio Eric Duhaime qui est devenu la voix anti-confinement dans la province, n’ont remporté aucun siège malgré un score d’environ 13 % des votes.

Legault gagne grâce à sa gestion de la pandémie

La satisfaction générale au niveau de la gestion de la COVID et de la relance économique ainsi que les solutions proposées pour mitiger la hausse du coût de la vie expliquent la victoire de M. Legault. La division du vote entre les partis de gauche et de droite – les quatre partis d’opposition obtenant tous entre 13 et 15 % – a aussi favorisé la CAQ. Cela a limité la capacité du PLQ de se présenter comme une la seule opposition viable à la CAQ durant la campagne.

La victoire de M. Legault suit également la tendance de tous les autres premiers ministres du Canada qui ont été réélus pendant ou après la pandémie : sur les sept élections provinciales qui ont eu lieux depuis 2020 (N.-B., C.-B., Sask., T.-N.-L., N.-É., Ont. et Qc), six ont vu la réélection du parti en place, seule la Nouvelle-Écosse ayant fait exception.  De plus, de ces six, chaque parti a augmenté le nombre de sièges qu’il détenait.

Le virage politique du Québec

Jusqu’à récemment, la vie politique au Québec était dominée par seulement deux partis: le PLQ et le PQ. Ensemble, ils ont détenu en alternance le pouvoir et ont modernisé le Québec depuis la Révolution tranquille.

Les quinze dernières années, et plus particulièrement les quatre dernières, montrent clairement que la société québécoise est en train de changer sur le plan politique.  Alors que le débat sur la souveraineté s’est estompé, le débat sur l’identité du Québec a pris de l’ampleur, permettant à la CAQ de s’interposer entre le PLQ et le PQ.  Depuis sa montée en puissance à l’approche des élections de 2018, l’appétit des Québécois pour un parti largement nationaliste, non ancré dans la vieille lutte PLQ vs PQ, a clairement augmenté.

La CAQ surpasse le PLQ

De plus, M. Legault et la CAQ ont réussi à remettre en question l’approche du PLQ en matière d’économie au cours des 40 dernières années, en offrant une nouvelle alternative qui a attiré les Québécois soucieux de leur budget et les nationalistes qui croyaient pouvoir être « maîtres chez nous » sans avoir à subir les inconvénients des 50 dernières années du grand débat sur la souveraineté.  De plus, les électeurs traditionnels de gauche du Parti Québécois ont eu un autre choix avec Québec Solidaire, ce qui a réduit la base péquiste.

En outre, alors qu’un clivage traditionnel entre les régions urbaines et rurales semblait avantager le PLQ, la CAQ a remporté la quasi-totalité des sièges urbains du Québec, y compris la majeure partie de la ville de Québec et des petites villes du Québec.

Quelle est la prochaine étape pour Legault et la CAQ ?

Après avoir déterminé qui fera partie du prochain Cabinet, de grands défis restent à l’horizon pour François Legault.

Comme dans presque toutes les autres juridictions au Canada, le Québec fait face à plusieurs défis au niveau de la prestation des soins de santé. Les premiers ministres provinciaux ont fait cause commune pour presser les libéraux fédéraux à Ottawa d’augmenter les transferts directs de fonds aux hôpitaux, aux médecins et aux infirmières.

La pénurie de main-d’œuvre menace les soins de santé et l’économie

La pénurie de main-d’œuvre qui sévit depuis longtemps dans le secteur de la santé continuera d’être un défi de taille pour M. Legault, qui a d’ailleurs promis 400 millions de dollars pour recruter 660 nouveaux médecins et 5000 professionnels de la santé.  Tout en promettant des taux de recrutement élevés, M. Legault a fait des pieds et des mains pendant la campagne pour suggérer que l’immigration incontrôlée de non-francophones risque de miner la cohésion sociale au Québec.  Suggérant qu’il serait “un peu suicidaire” d’accueillir davantage de nouveaux arrivants, son ministre de l’Immigration est allé plus loin en suggérant que « 80 % des immigrants vont à Montréal, ne travaillent pas, ne parlent pas français ou n’adhèrent pas aux valeurs de la société québécoise. »

Le Québec a besoin de main-d’œuvre – mais d’où ?

Cela amène à se demander sérieusement d’où viendront ces professionnels de la santé.  Il sera difficile pour le Québec de remédier à la pénurie de main-d’œuvre tout en refusant de faire venir davantage d’immigrants.  Alors que l’objectif fédéral est de plus de 400 000 nouveaux immigrants par an pour le pays entier, la part du Québec dans cet objectif devrait être de près de 100 000 annuellement. Il sera toutefois difficile pour la province d’atteindre ne serait-ce que 50 000 nouveaux immigrants.  Cela a pour effet de réduire la part du Québec dans la population canadienne et son pouvoir relatif au niveau fédéral, et ce, au nom de la protection de la culture et des droits linguistiques.  Il n’est pas clair d’où viendront ces nouveaux professionnels si des niveaux plus élevés d’immigration ne sont pas une option pour le gouvernement québécois.

Legault s’engage à lutter contre l’inflation

En ce qui concerne la lutte contre l’inflation, l’un des grands engagements de Legault a été le “Bouclier contre l’inflation”. Promettant de “remettre de l’argent dans les poches des Québécois”, il a proposé une réduction d’impôt de 1% pour les deux premières tranches d’imposition à partir de 2023 et pour la durée de son mandat.  Il s’est également engagé à envoyer des paiements de 400 à 600 $ à plus de six millions de Québécois, à augmenter le soutien financier aux aînés de plus de 70 ans et à plafonner à un maximum de 3 % les augmentations de frais comme l’électricité, les garderies et les permis de conduire.

L’approche générale de M. Legault pour aider les Québécois à faire face à l’inflation en injectant d’importantes sommes d’argent dans l’économie et en réduisant l’impôt sur le revenu diffère considérablement des mesures plus ciblées annoncées récemment par le gouvernement fédéral.  Compte tenu des récents événements au Royaume-Uni où des changements fiscaux rapides ont causé des dommages économiques importants, l’approche de la CAQ pourrait-elle se retourner contre elle et alimenter involontairement l’inflation en augmentant le pouvoir d’achat global dans la province ?

Ce que cela signifie pour les relations Québec-fédéral

Le Premier ministre libéral Justin Trudeau a fait tout son possible pour éviter tout conflit avec un gouvernement Legault qui semblait se diriger vers une réélection facile.  La relation entre Trudeau et Legault n’a peut-être pas été aussi chaleureuse que celle entre Trudeau et le premier ministre de l’Ontario Doug Ford à l’approche des élections ontariennes de juin, mais Justin Trudeau a eu tendance à se faire plus discret pendant la saison des élections provinciales depuis sa réélection en 2019.

Ce que cela signifie pour les relations Québec-Ontario

Si Legault et Trudeau n’entretiendront peut-être pas dans une « bromance » de sitôt, les deux plus grandes provinces du Canada continueront d’approfondir leur partenariat au cours des quatre prochaines années dans des domaines d’intérêt commun comme les chaînes d’approvisionnement.  De plus, StrategyCorp suit de près le besoin de sources d’énergie supplémentaires (par le biais d’Hydro Québec et d’Hydro Ontario) pour alimenter une économie plus verte.

François Legault et Doug Ford seront bientôt les premiers ministres ayant le plus d’ancienneté à la table des premiers ministres provinciaux (Conseil de la fédération).  En tant que les deux provinces les plus importantes en termes de taille, de population, de nombre de sièges fédéraux et de poids économique, la relation entre ces deux premiers ministres provinciaux et Justin Trudeau sur les questions fédérales-provinciales litigieuses sera un élément clé au cours des trois prochaines années menant aux élections fédérales de 2025 (ou plus tôt).